Voyager vous apprend à penser et à vivre comme une personne libre

Voyager est la meilleure façon de se connaître
février 11, 2021
Le sentiment d’appartenance change en voyageant
février 11, 2021

L’une des réalisations les plus difficiles, mais les plus importantes qu’un être humain puisse faire est la liberté personnelle. Plus précisément, être capable de développer la capacité de raisonner librement et de vivre en conséquence, sans être totalement guidé par des facteurs externes.

Quand on réussit, quand on est enfin capable de prendre des décisions en connaissance de cause et non par habitude ou imitation, on atteint une forme de liberté mentale aussi bonne, sinon plus, que la liberté physique. Parce qu’être un individu indépendant signifie être libre, toujours et partout.

Bien sûr, ce n’est pas facile. Tout d’abord parce que l’homme est naturellement enclin à rechercher la compagnie de ses semblables et que, pour cette raison, la plupart des gens sacrifient leur sens critique et leur recherche de la vérité au nom de la sécurité du groupe, de la société. Du troupeau, certains diraient.

De plus, ce n’est pas facile, car depuis que nous sommes enfants, chaque jour, nous sommes bombardés de stimuli, d’idées préconçues et de dogmes qui nous conditionnent fortement à être ce que nous ne sommes pas.

Chacun d’entre nous a une vie unique

Nous avons récemment eu l’occasion d’écouter une interview intéressante avec le mystique indien connu sous le nom de Sadhguru. Cet homme, doté d’une sagesse et d’une conscience absolument hors du commun, a exprimé une réflexion qui nous a particulièrement frappé :

Combien de parents encouragent leurs enfants à ne pas s’identifier à eux, à la religion à laquelle ils croient, à la race à laquelle ils croient appartenir ou à une classe sociale à laquelle ils appartiennent ? Combien de parents croient que tout cela est sacro-saint ? Pourtant, cette façon de se comporter ne fait que détruire le potentiel humain d’une personne. Nous devrions atteindre un niveau de conscience qui éduquera nos enfants à développer un sens critique et une intelligence inhérente. Nous ne devrions pas vouloir qu’ils deviennent comme nous, qu’ils pensent comme nous, qu’ils nous ressemblent. Un enfant n’est pas un héritage. C’est une vie, une vie unique. Cela deviendra ce qu’il doit devenir. Effectivement, chacun de nous est potentiellement unique et unique, mais la façon dont nous sommes élevés, non seulement par nos parents, mais aussi par les institutions de la société dans laquelle nous vivons, nous amène à nous homologuer et à éteindre complètement la lumière dont chacun de nous brille.

Ils vous disent toujours ce qui est bien et ce qui est mal et personne ne vous apprend l’importance de penser librement, de remettre en question ce qui ne vous convainc pas et de vous faire votre propre opinion et de vous libérer de tout préjugé.

Bien sûr, certaines personnes le font. Mais comme c’est dit dans mon livre « Les coordonnées du bonheur » et dans le roman « Comme une nuit à Bali », le prix à payer est assez élevé : celui qui se rebelle et décide de chercher personnellement la vérité sans se fier aveuglément à ce qu’on lui dit est considéré comme un fou, un individu dangereux, un mauvais exemple. Il est isolé et jugé.

Les voyageurs et les voyageuses ont toujours appartenu à cette catégorie. Et ce n’est pas une coïncidence.

Les voyages vous apprennent à raisonner librement

Nous avons souvent lu qu’aujourd’hui les voyages sont à la portée de tous, mais nous pensons qu’il faut faire une distinction importante entre les vacances et les voyages. Partir en vacances, c’est partir pour se détendre, tandis que voyager, c’est quitter son domicile pour accomplir un geste de rébellion, l’expression d’un désir de découverte qui va inévitablement à l’encontre de l’homologation.

Voyage, c’est choisir d’être différent des autres, choisir de s’éloigner du chemin sur lequel chacun se trouve et aller construire son propre chemin. Peut-être faux et beaucoup de trous, mais le vôtre et celui de personne d’autre.

Et si partir est une rébellion, voyager signifie ouvrir les yeux. C’est un processus difficile à expliquer, de ceux qu’il vaut mieux vivre pour bien les comprendre. Le fait est que voyager est loin de cette bulle d’idées préconçues, de préjugés et de fausses croyances qui vous faisait vous sentir en sécurité et toujours du bon côté. Le voyage vous réveille.

Le voyage est une confrontation

Voyager c’est vous trouver catapulté dans une nouvelle réalité, où les gens ont des croyances très différentes des vôtres, où il existe des traditions qui vous sont totalement inconnues et des modes de vie qui pourraient vous bouleverser, vous impressionner et vous laisser sans voix.

Dans le livre « Les coordonnées du bonheur », par exemple, nous rapporto,s une conversation que nous avons eue avec trois vieilles dames vietnamiennes. Ils ont été choqués que ma fiancée et moi, bien que nous soyons ensemble depuis des années et que nous ayons tous deux un emploi, n’ayons toujours pas d’enfants.

Pour eux, c’était inconcevable et nous avons vécu tant de situations de ce genre pendant ces années de voyage. Que ce soit sur des questions comme les enfants ou sur des aspects plus légers comme le piquant de la nourriture (un Thaïlandais est resté sans voix quand nous lui avons expliqué que la plupart des gens dans notre pays ne mangent pas de nourriture épicée tous les jours).

Les voyages vous amènent constamment à ces situations de confrontation. Une confrontation parfois directe et impitoyable, presque brutale, comme le savent ceux qui ont voyagé dans certaines zones incroyablement pauvres et dégradées. Mais il n’est pas nécessaire de voyager dans un bidonville pour comprendre qu’il n’y a pas qu’une seule réalité et qu’il n’y a rien de juste a priori.

Chaque fois que vous voyagez de manière consciente, où que vous soyez, il se passe quelque chose de beau : vous devenez libre.

La liberté que vous avez lorsque vous voyagez, vous la portez toujours sur vous

Vous commencez à voyager et toutes les structures mentales accumulées au fil des ans s’effacent progressivement. Les préjugés tombent, le racisme tombe, les œillères tombent. Vous avez l’impression de vous réveiller d’un long sommeil, d’ouvrir les yeux pour la première fois de votre vie. Et quand vous ressentez ce sentiment de légèreté et d’étonnement, vous ne pouvez plus me le faire. Vous portez toujours cette liberté avec vous, même lorsque vous rentrez chez vous. Même si vous ne voyagez pas, vous vivez comme une personne mentalement libre.

Inévitablement, vous êtes tous contre. Cela arrive quand vous essayez de penser en dehors du cœur. Mais alors, pourquoi le faire ? Pourquoi se rebeller si vous pouvez vivre tranquillement dans l’apathie des masses ?

Nous pouvons répondre en nous basant sur notre expérience personnelle : parce que se rebeller et commencer à vivre selon ses propres règles est l’un des meilleurs sentiments que l’on puisse ressentir. Savoir que vous vous êtes engagé sur un chemin qui est le vôtre et le vôtre seul dans le temps limité dont vous disposez sur cette Terre vous fait vous sentir vivant comme vous ne pourriez jamais vous sentir en suivant simplement un chemin décidé par d’autres.